10h00 - 12h00 - En visioconférence - Inscription gratuite et obligatoire par e-mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Les modalités techniques pour participer à la conférence seront envoyées après inscription.

La transformation majeure du paysage de la formation continue engagée depuis deux ans s’opère au nom d’un discours centré sur l’enjeu du développement des compétences. La notion de compétences figure désormais au fronton des nouvelles institutions (France Compétences, Opérateurs de Compétences, …). Autant d’éléments qui incitent à revenir sur la genèse et l’histoire déjà ancienne de cette notion… pour mieux la repositionner dans l’actualité profondément bousculée du monde du travail…

PROGRAMME

PREMIÈRE PARTIE : RETOUR SUR L’HISTOIRE D’UNE NOTION CONTROVERSÉE
Entrées dans le débat social il y a déjà plus de vingt ans, les compétences se sont longtemps définies en contrepoint de de la notion de qualification, suscitant durablement une logique d’opposition entre ces deux notions.
Le succès durable du triptyque « Savoirs, savoir-faire, savoir-être » utilisé pour définir les compétences nécessite d’être revisité au regard des nombreuses questions que pose son usage dans les pratiques de gestion des ressources humaines et d’évaluation du travail.

Intervenant : Damien BROCHIER, chargé de mission Partenariats Formation Professionnelle au Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications)
Grand Témoin : Xavier ROYER, directeur de la Formation à l’Union des Industries Textiles

Temps d’échange et de débat

DEUXIÈME PARTIE : QUELLE ACTUALITÉ DU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES ?
Dans le nouveau paysage de la formation continue, que devient le trio « Compétences /Qualifications / Classifications » ?
Comment l’impact du numérique, la valorisation des « soft skills » ou la crise sanitaire influent-ils sur l’émergence, l’évolution de nouvelles formes d’activités et de compétences ?
Comment les « nouvelles compétences » ou les « compétences renouvelées » peuvent être prises en considération par les Observatoires de branches, les CPNEFP et reconnues dans les systèmes de classifications ?


Intervenant : Jacques FAUBERT, Président de l'Association pour l'accompagnement et le développement des compétences (ADEVCOMP)
Grand Témoin : Patrice BERNARD, Délégué Général de la Fédération des Compagnons du Tour de France

Temps d’échange et de débat

Imprimer

Retour sur le jeudi de l'Afref du 27 février 2020

Résumé / intervenants

Photo @Label_LUCIELa loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » met l'accent sur la liberté. Elle invite « dans le même temps » à ouvrir une réflexion sur la notion de responsabilité. En effet, selon le philosophe Emmanuel Kant « la responsabilité est la vertu d'un être humain libre ». 

Dans le domaine de la formation tout au long de la vie, la dialectique « liberté/responsabilité » peut être appréhendée sous plusieurs angles : 

  • La liberté de toute personne de se former tout au long de la vie grâce aux ressources (pédagogiques, temporelles, financières…) mises à sa disposition par la société, dont le CPF, le conseil en évolution professionnelle. En ne se formant pas, si les circonstances l'exigent, cette personne pourra être tenue comme responsable de son insuffisance professionnelle et de son in employabilité, 
  • La liberté de gestion du chef d'entreprise, dont la responsabilité pourra être engagée devant le juge prud'homal s'il ne respecte pas « l'obligation de veiller » à l'employabilité des salariés, 
  • Cette même dialectique s'applique « aux entreprises de formation » libres de proposer des prestations de services de leur choix. La responsabilité du prestataire de formation est engagée envers chaque apprenant dans la limite des obligations de moyens, voire de résultats stipulés par le contrat de formation qui les lie au financeur. 

Au-delà de la responsabilité juridique résultant d'un engagement contractuel, le sens et la portée du concept de responsabilité sociale de l'entreprise (RSE) appliqués aux « entreprises de formation » méritent d'être interrogés.

Intervenants : 

  • Jean Marie Luttringer, consultant-expert en droit de la formation : Introduction du thème
  • Sabrina Dougados, avocate associée, cabinet Fromont Briens : Que dit le juge à propos de la responsabilité respective de l'employeur et du salarié en matière de formation professionnelle et celle du formateur et de l'apprenant dans le contrat de formation ?
  • Florent Longuépée, médiateur à l'AFPA : Qu’attend-on de la médiation par rapport à l'engagement de la responsabilité contractuelle du formateur vis à vis des apprenants ?
  • Karine Dartois, médiatrice à France compétences : La responsabilité des prestataires de CEP
  • Catherine Nasser, secrétaire de l’Afref : Introduction du thème RSE
  • Michel Clézio, président du Synofdes : Le sens de la démarche RSE développée par un organisme professionnel représentant les organismes de formation.
  • Saliha Mariet, directrice des opérations de l’Agence Lucie : La méthodologie de la démarche RSE pour une entreprise de formation. 

Vidéo


Articles, documents utiles...

La médiation contribue à l'amélioration des pratiques (matinée Afref-Synofdes) - Centre-Inffo

 

 

Imprimer