Imprimer

2ème Université de l'Afref

Paris, le 15 décembre 2016 - 9h - 18h

Où va la formation ?
Innovations, bouleversements, paradoxes, contradictions... ?
Est-elle à réinventer ?

Le programme complet et le lieu de l'événement seront communiqués début septembre 2016.

A suivre sur Twitter avec le hashtag #universiteafref

 Pré-inscription via le formulaire en ligne.

Imprimer

Le CEP, un dispositif de longue haleine qui réinterroge les pratiques d'accompagnement

Synthèse du jeudi de l'Afref du 23 juin 2016 

Un an après la mise en œuvre effective du Conseil en évolution professionnelle (CEP), où en est ce dispositif issu de la loi du 5 mars 2014? Comment les cinq opérateurs nationaux s'en sont-ils emparés? Quel est l'impact du CEP sur le métier de conseiller? Ces questions – et de nombreuses autres… - ont marqué les débats du "Jeudi de l'Afref" du 23 juin 2016 sur le thème: "Accompagner et former".

Le Conseil national de l'emploi, de la formation et de l'orientation professionnelles (Cnefop) a adopté à l'unanimité, le 12 avril 2016, son premier rapport en deux tomes sur le Compte personnel de formation (CPF) et le Conseil en orientation professionnelle (CEP). Constatant le lien étroit entre ces deux droits, le Conseil national a choisi de rédiger un rapport commun. Au terme des travaux conduits au sein des commissions du Cnefop en 2015 et des auditions réalisées début 2016 auprès des principaux acteurs du CEP et du CPF, le conseil a adopté 46 recommandations[1]. Elles visent notamment à faciliter le positionnement des opérateurs du CEP dans leur nouveau rôle, à permettre aux actifs de développer leur autonomie, et à animer les opérateurs du CEP de manière coordonnée au niveau national et régional afin d'obtenir une prestation relativement calibrée sur l'ensemble du territoire. Sophie Margollé, directrice du Conseil au Fongecif Ile-de-France (IDF), habilitée à parler au nom du Cnefop car le Fongecif a été associé à la rédaction du rapport, rappelle que le CEP a pour objet de "favoriser l'autonomie de la personne (tous les actifs quel que soit leur statut)". Elle souligne, à cet égard, que les conseillers "ne doivent pas être dans une posture prescriptive mais d'accompagnement sur son projet personnel".

Imprimer

"Passages de témoins"

Dans cette rubrique, Bernard LIETARD proposera régulièrement des portraits d'acteurs qui ont oeuvré  depuis de nombreuses années dans le champ de l'éducation permanente.
 


 

 
Premier témoin : 
Raymond Vatier "A travers un siècle" 

 

 

Imprimer

Ne pas confondre innovation technologique et innovation pédagogique

Synthèse du jeudi de l'Afref du 26 mai 2016 

Chaque nouvelle technologie est annoncée comme obligatoirement porteuse d'une révolution pédagogique. Qu'en est-il réellement? La nouvelle réglementation relative aux FOAD [1] facilite-t-elle leur financement par les Opca? C'est pour débattre de ces questions que se sont réunis, le 26 mai 2016, les participants au "Jeudi de l'AFREF" consacré aux "Innovations technologiques en formation, des enjeux financiers aux pratiques pédagogiques".

Du téléphone aux casques d’immersion virtuelle en passant par les Mooc, Cooc et autres Spoc [2], les technologies éducatives n'ont cessé de s'enrichir au fil du temps. Toutefois, d'après Viviane Glickman, enseignant-chercheur en sciences de l'éducation, la seule innovation pédagogique à retenir est "la possibilité de communiquer plus aisément entre apprenants et formateurs et surtout entre apprenants, grâce au numérique. Le reste est secondaire". L'écueil à éviter est l'isolement de l'apprenant. Pour y remédier, elle conseille de "miser sur le tutorat à distance et la reconnaissance de cette fonction". Devenir web conseiller, "cela s'apprend", témoigne de son côté Thierry Curiale, créateur au sein du groupe Orange de la plate forme d'apprentissage Solerni, une solution logicielle permettant de concevoir des expériences innovantes d’apprentissage principalement fondées sur l’ouverture, la collaboration et le développement de compétences par les pairs. "Si l'apprenant est au centre d'un Mooc, le pédagogue est lui, au coeur du processus d'apprentissage", précise l'Open Collaborative Learning Program Manager d'Orange.

Condamnés à être innovants 

L'arrivée des digital natives dans les entreprises enjoint celles-ci à adapter au numérique leurs modes d'organisation et d'apprentissage. "Nous sommes condamnés à être innovants et à aller plus vite dans ce domaine", remarque ainsi Yves Hinnekint, directeur d'Opcalia (Opca interprofessionnel et interbranches). Les salles de cours et autres campus vont se transformer de plus en plus en "learning labs" fourmillant de matériel modulable et high-tech, mis au service de l'expérimentation pédagogique. Toutefois, d'après Thierry Curiale, la numérisation des métiers existants constitue la véritable "transformation civilisationnelle". Le "vrai tsunami" de ce début de 21ème siècle consiste à "faire en sorte que les collaborateurs soient tous numériquement présents et gagnent en autonomie". Y compris les non adeptes de la culture geek…