8h45 - 17h00
FIAP Jean Monet - 30, rue Cabanis - 75014 PARIS

Cliquer ici pour vous inscrire

8h45 - Accueil

9h15 - Ouverture par René Bagorski, AFREF
Présentation du cadre des interventions de la journée

9h45 - Introduction par Hugues Lenoir, FCU
Une histoire de la formation professionnelle

10h15  Présentation des thèmes des ateliers

10h30  Travaux en ateliers

Atelier 1 - Quelles transformations la nouvelle loi implique-t-elle pour les personnes ?

La réforme réaffirme un droit à la formation pour tous, attaché à la personne.

Ce faisant, elle met en avant la liberté et la capacité que chacun aurait à opérer des choix raisonnés quant à son propre devenir professionnel, son parcours singulier et le choix des moyens pour le concrétiser. Toute personne se trouve ainsi directement interpellée pour se constituer en sujet autonome, acteur et responsable de lui-même. Avec, en regard, pour rendre efficient « le modèle », la mise en mouvement de toute une logistique d’environnements et de dispositifs.

Mais qu’en est-il dans la « vraie vie » ?

Atelier 2 - Le paritarisme est-il un alibi pour le dialogue social ?

La loi du 6 septembre 2018, en tenant assez peu compte de l’ANI des partenaires sociaux et en supprimant les instances (COPANEF, COPAREF, FPSPP) où les partenaires sociaux étaient seuls maîtres à bord, remet en cause les équilibres. Elle laisse alors penser, si l’on n’y prend garde, que la gestion paritaire et la place du paritarisme dans le champ de la formation professionnelle ne sera bientôt plus qu’un souvenir.

Atelier 3 - La formation devient-elle un bien de consommation comme les autres ?

La réforme actuelle propose pour financer la formation, un crédit individuel négociable de gré à gré entre le consommateur et le fournisseur. Cette conception du financement de la formation la transforme en un bien de consommation. Quelles sont les conséquences et risques de dérive d’une telle conception ?

12h - Pause déjeuner         

13h30 - Café

13h45  Restitution des ateliers

15h15  Table ronde : « Réforme de la formation : quelle place pour la personne, l’entreprise, les branches et les institutions ? »

  • Sabrina Dougados, Avocate, Cabinet Fromont Briens
  • Philippe Debruyne, Président du COPANEF
  • Olivier Mériaux, Spécialiste des politiques publiques travail-emploi-formation et des relations sociales
  • René Bagorski, Président de l'Afref, co-auteur du rapport : " les opérateurs de compétences : transformer la formation professionnelle pour répondre aux enjeux de compétences"

16h45 - Synthèse de la journée par Bernard Liétard, Professeur émérite CNAM

Cliquer ici pour vous inscrire

 

ImprimerE-mail

8h45 - 12h30
Amphithéâtre du lycée d'Alembert 22 Sente des Dorées 75019 Paris - Métro Porte de Pantin

Les recherches sur le fonctionnement de notre cerveau ont progressé rapidement ces dernières années grâce aux nouvelles technologies. Les découvertes des scientifiques permettent de mieux comprendre ce que nous sommes capables d’apprendre et comment nous sommes capables d’apprendre. 

Bien entendu, les professionnels de la formation pour adultes intègrent ces recherches pour les combiner avec ce que l’on sait déjà de l’apprentissage et de la transmission des connaissances grâce aux sciences cognitives et aux études empiriques de terrain. 

Où en sommes-nous aujourd’hui ? Quelles sont les avancées récentes sur la compréhension du fonctionnement de notre cerveau et des processus cognitifs ? Comment fonctionne notre mémoire ? Qu'apportent les neurosciences aux grands principes pédagogiques ? Neuroéducation, réalité ou illusion ? Quels sont les nouveaux questionnements des formateurs en 2018 ? 

Autant de questions que ce jeudi de l’AFREF va s’efforcer d’éclairer. 


Déroulement de la matinée 

8h45 - Accueil des participants par Claude VILLEREAU, AFREF 

9h00 - Présentation du thème de la matinée par Francine SURMONT, AFREF 

9h15 - Les apports des neurosciences et sciences cognitives à la formation pour adultes,  par Jacques FRADIN, Directeur de l’IME- Institut de Médecine Environnementale 

9h45 - Les 10 commandements des neurosciences en formation, par Karine di FUSCO, consultante-coach, conférencière chez Boîte Crânienne, spécialisée en neurosciences appliquées à la formation pour adultes 

10h15 - Échanges avec les participants 

10h30 - PAUSE 

11h00 - Les spécificités de l’adulte apprenant et les problématiques du formateur en 2018, par Christophe JEUNESSE, Maître de conférences à Paris Nanterre - équipe « Apprenance et formation des adultes » 

11h30 - Échanges avec les participants 

11h45 - Échanges entre les participants et les trois intervenants 


 

ImprimerE-mail

Cliquer ici pour vous inscrire

En partenariat avec différents acteurs, l'université Afref est ouverte à la réflexion et aux échanges sur l'évolution et les perspectives d'avenir du dispositif français de formation.

Une matinée consacrée à des ateliers :

Atelier 1 : la réforme de la formation professionnelle : quelles transformations implique-t-elle pour la personne « qu’elle vise » ?

La loi instaure un droit à la formation pour tous, attaché à la personne.

Ce faisant, elle présuppose la capacité de chacun à opérer des choix raisonnés au regard de son parcours professionnel et des moyens pour le concrétiser. La personne se retrouve ainsi dans une posture de sujet autonome, acteur et responsable de lui-même.

Un tel modèle a-t-il des chances d’émerger ? Va-t-il concerner tout le monde ? A quelles conditions ? et que deviennent celles et ceux qui ne rentreraient pas dans « sa logique » ?

Atelier 2 : le paritarisme un alibi pour le dialogue social ?

Atelier 3 : La formation peut-elle être un bien de consommation ?  

La réforme actuelle propose pour le financement de la formation, un crédit individuel négociable de grée à grée entre le consommateur et le fournisseur. Cette conception du financement de la formation la transforme en un bien de consommation.

Quelles sont les conséquences et risques de dérive d’une telle conception ?

Suivis l'après-midi par une table ronde :

 « Quelle place est accordée à l’individu et aux organisations paritaires dans le nouveau marché de la formation ? ».

ImprimerE-mail

Plus d'articles...