Imprimer

Apprendre autrement... Le collaboratif

Résumé / intervenants

Les activités collaboratives se développent à la fois avec les possibilités offertes par le numérique et le WEB 2.0 mais surtout à partir de pratiques « d’acteurs », en réponse aux défis sociétaux au regard desquels les modes actuels de vie et de pensée nécessitent d’être reconsidérés. Alors on partage l’usage, on développe l’échange de services, on met en commun des savoirs et des savoir-faire, on co-construit des projets, on met en place des plates-formes. L’entreprise n’est pas en reste, en développant un management collaboratif. Et l’on pourrait ainsi multiplier les exemples...

La première partie de la matinée permettra de prendre la mesure de la portée et des enjeux de ces pratiques collaboratives qui portent en elles à la fois les ferments d’une autre façon de penser et de consommer mais aussi, en perspective, une manière renouvelée d’agir et de vivre ensemble. Et ce d’autant plus, qu’au travers de ces pratiques, sont mises en actes des postures de changement, sont développées des compétences « nouvelles » tandis que s’élaborent des référentiels de pensée et d’action qu’il est important de mettre en lumière. Ce sera l’objet de la seconde partie de la matinée qui, à partir d’exemples, tentera plus particulièrement de dénouer les enjeux de la trame complexe de la question de « l’apprendre ensemble ».

Ainsi « l’intelligence collective » ou « l’apprendre ensemble » fait-il un retour en force, comme une sorte de contre point à l’injonction sociale de subjectivité : soyez sujet de votre vie, autonome, responsable de votre destinée. Injonction qui isole chacun dans sa responsabilité individuelle.

Mais, qu’est-ce qu’apprendre ensemble ? Est-ce produire un savoir commun ? Un savoir individuel à l’aide du collectif ? Ou encore, produire un savoir pour un collectif, institution ou entreprise, comme le proposaient déjà les stratégies de « Knowledge management » ?
Apprendre n’est-ce pas aussi reconfigurer ses connaissances, recadrer les informations que l’on a, interroger ses représentations et les modifier ? Dans ce sens l’acte de formation n’est-il pas conduire à une prise de conscience et à une formalisation de ces transformations ?
La matinée se terminera par une expérimentation menée avec les participants selon la méthodologie des « Groupes de co-professionnalisation ».

Vidéo