Loi "avenir professionnel" et nouvelles instances mises en place au 1er janvier 2019 : France Compétences et les Opérateurs de Formation (OPCO) sont-ils "à la hauteur" de leurs missions ?

Résumé / intervenants

La loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » a bouleversé le jeu des acteurs et des instances. Les instances autonomes des partenaires sociaux, au niveau interprofessionnel national, (COPANEF, FPSPP) tout comme le CREFOP et la CNCP ont été supprimées par la loi.
Une nouvelle instance, France compétences, dont le CA est composé d’un conseil d’administration quadripartite (État, Régions, Partenaires sociaux) a été créée pour assurer le financement, la régulation, le contrôle et l’évaluation du système de la formation professionnelle et de l’apprentissage.
Pour accompagner les branches et les entreprises, la loi a créé les opérateurs de compétences, qui depuis le 1er avril 2019 ont remplacé les OPCA. Ces opérateurs ont trois grandes missions : gérer les enveloppes alternances et TPE-PME ; accompagner les branches (Observatoires, Certification, GPEC,) ; assurer un service de proximité aux entreprises des branches adhérentes.

Un an après la promulgation de la loi, la matinée de l’Afref, avec les nouveaux acteurs du système, fera un premier point sur la mise en œuvre de ces nouvelles instances et permettra de se demander, s’ils sont à la hauteur des attentes de la loi.


Vidéo


Article

Premier bilan des nouvelles instances de la formation professionnelle - Défi Métiers

Imprimer