Imprimer

L'ubérisation de la formation - "Tous apprenants, tous formateurs ?"

Résumé / Intervenants

L'ubérisation vient d'Uber, application mobile née en 2009 qui met en contact les utilisateurs et les conducteurs de véhicules. Près de 10 ans plus tard, ce changement de modèle économique radical, né de l’économie du partage et des possibilités offertes par le numérique, touche tous les métiers, y compris ceux du secteur de la formation continue.

L'ubérisation de la formation permet à des acteurs, agissant en freelance et souvent récemment créés, de venir concurrencer une offre de formation institutionnalisée, de manière plus souple et réactive, directement auprès de l’utilisateur final qu’est l’apprenant (quel que soit le statut de celui-ci : salarié, étudiant, demandeur d’emploi, etc.). On s'interrogera sur les aspects juridiques de l'ubérisation de la formation et sur la responsabilité sociale de ses acteurs, pour s'intéresser ensuite aux enjeux et aux perspectives que représente ce nouveau mode d'apprentissage.

Notamment au plan des risques :

  • de "déprofessionnalisation" des acteurs et de dépréciation de leur rémunération,
  • de baisse de la qualité des formations et des modalités d'évaluation entre formateurs et formés (quid, en particulier, de l'avenir des certifications reconnues ?).

Mais également, au plan d'une nécessaire évolution du système, il se pourrait aussi que la formation, sous sa nouvelle forme ubérisée, oblige à terme, l’État, les OPCA, et les entreprises, à faire évoluer les anciens modèles vers davantage de souplesse et d'efficacité au service d'une véritable formation tout au long de la vie.

Claude VILLEREAU, Délégué général de l’AFREF
René BAGORSKI, Président de l'AFREF
L’ubérisation : quel modèle économique appliqué à la formation ? Par Frédéric DUCASSE, Consultant en Digital Learning, DIDRO
Aspects juridiques et sociaux. Par Sabrina DOUGADOS, Avocat associé, Cabinet Fromont Briens
Enjeux et perspectives : Questionnement sur l'impact de l'ubérisation sur le système de formation par Paul SANTELMANN, Directeur de la Veille « Emploi & qualifications » - Direction de l’Ingénierie, de la formation et de la qualité, AFPA


Vidéo