L'éducation informelle, connaissance et re-connaissance

Résumé / intervenants

A la suite du jeudi de l'AFREF du 18 mai 2017, consacré pour l'essentiel, à la question de l’éligibilité des apprentissages non formels et informels, la séance du 28 septembre sera focalisée sur les modalités de ces apprentissages réalisés dans le cadre d'activités professionnelles, civiques, syndicales ou associatives., notamment sur le repérage des processus d'acquisition des savoirs et sur les conditions d'une optimisation de leur production.

Au cours de cette matinée, les propos des experts et le débat avec le public permettront d'apporter des éclairages concrets sur ces deux points, sans perdre de vue, que reste posée la question essentielle des finalités de la reconnaissance des apprentissages par l'expérience. Selon la formule d'Hugues Lenoir, va-t-on vers "…une instrumentation de plus en plus reliée à des logiques de ressources humaines et de gestion des compétences individuelles ou collectives au détriment d'un processus de construction et de reconnaissance de soi." ?

Claude VILLEREAU, Délégué général de l’AFREF
Présentation du thème de la matinée par Hugues LENOIR, FCU
Les apprentissages professionnels informels par Philippe CARRE, Professeur des universités en sciences de l'éducation à l'Université de Paris Ouest Nanterre
Savoirs informels dans et par la militance syndicale par Vincent PIGACHE, Délégué régional CFDT, en charge des questions de formation
Synthèse et conclusion par Bernard LIETARD, Professeur émérite CNAM 

Vidéo

L'éducation informelle, connaissance et re-connaissance


Question à Vincent Pigache, délégué régional CFDT, en charge des questions de formation

ImprimerE-mail