Résumé / Intervenants

La Loi « Choisir son avenir professionnel » s’est donné pour objectif de simplifier tant le système de reconnaissance des compétences que l’écosystème des « offreurs de formation » (devenant « prestataires d’actions concourant au développement des compétences ».

Qu’en est-il de cette double perspective ? Comment va-t-elle se traduie ?

Pour avancer sur ces deux terrains, composantes complémentaires de la Réforme, et les éclairer sous l’angle notamment de la prise en compte des besoins des entreprises et de leurs salariés, il est nécessaire à la fois de revenir sur le cadre désormais posé (avec la parution de la plupart des Décrets d’application) et d’aller à la rencontre des conditions de création de la confiance des acteurs.

Cette matinée sera l’occasion d’entendre quelques-uns(e)s des protagonistes de la mise en œuvre de la Loi du 5 septembre 2018, des représentant(e)s des attentes d’entreprises en matière de développement des compétences, et d’échanger ensemble …

En outre, la présence de nombreux organismes candidats à la labellisation comme « certificateurs » pourra enrichir les débats ; la matinée bénéficiant d’une ouverture sur un nouvel outil qu’AFNORNormalisation va mettre à disposition pour « réussir un projet de développement de compétences (en entreprise et/ou sur un territoire) ».

  • Jacques FAUBERT (Consultant-Formateur, AFREF)

  • Hubert GRANDJEAN (AFDEC)

  • Certifier les « offreurs de formation » : interventions de Cédric PUYDEBOIS (DGEFP adjoint, membre du CA de France Compétences), Iris DUVIGNAUD (Responsable Accréditation du COFRAC), Arnaud MURET (DG d’ACTALIANS) et Christophe GUILLERY (Directeur de l’animation du réseau d’OPCAIM)

  • Certifier les compétences (les nouvelles modalités d’inscription) : interventions de Michèle PERRIN (membre de la Commission de certification professionnelle de FRANCE COMPETENCES) et Mickael CHARBIT (Directeur de la certification)

  • Une perspective d’outil d’accompagnement : présentation de la nouvelle Norme X50-774 par la co-animatrice du Groupe de travail, Sana EL MADJOUBI


Vidéo

  

Imprimer

Résumé / intervenants

L’Afref vous propose non pas une présentation de textes ou d’expériences, mais une matinée de débat sur les enjeux de la formation à travers les points de vue d’acteurs du système.

Oser le débat ! Oser la dispute ! Oser confronter des points de vue divergents !

C’est ce que l’AFREF souhaite organiser dans un cadre de ce "Jeudi" que nous appellerons une "Disput'action" et que nous renouvellerons tout au long de l’année 2018.

Pour la quatrième fois en 14 ans, les partenaires sociaux vont ouvrir une négociation dont le thème sera la formation professionnelle continue. Pour ce faire, le gouvernement leur a transmis un document d’orientation, ou devrait-on dire un document prescriptif, qui recadre le rôle des acteurs, des dispositifs et des financements.

A quoi sert la formation ? Où va-t-elle ? Où devrait-elle aller ?

Sabrina Dougados, Avocate cabinet Froment Briens
Jean-Patrick Gille, ancien Député, rapporteur de la loi sur la FPC de 2014
Yves Hinnekint, Directeur général d’OPCALIA
Michel Clézio, Président du SYNOFDES
René Bagorski, Président de l’AFREF

Vidéo


Et aussi...

Les acteurs de la formation scrutent la quatrième tentative de réforme (Jeudi de l'Afref) - Source Défi Métiers

Imprimer

Résumé / Intervenants

Dans le cadre de sa réflexion sur la formation en situation de travail, l’AFREF organise en 2017, un cycle de conférences-débat consacré à ce thème : après une présentation, lors du jeudi 23 février, de l'expérimentation FEST conduite par l'AFDAS, le jeudi 22 juin sera consacré au compagnonnage. Pour présenter ce mode particulier de formation et d'éducation, L'AFREF a fait appel à l’Association ouvrière des Compagnons du Devoir et du Tour de France, forte d'une longue tradition de plusieurs siècles, adaptée aux temps modernes.

Ce "jeudi de l'AFREF" sera l'occasion d'entendre des représentants de cette association qui indiqueront comment les Compagnons du Devoir, conscients des évolutions sociétales et économiques, adaptent en permanence leur dispositif pour bien préparer les jeunes à ce que seront les métiers de demain. Notamment, au plan pédagogique, comment le recours à des techniques de pointe, à l'usage de matériaux high-tech et à des procédés innovants, montrent que les métiers dits manuels, sont bien loin d’être reconnus à leur juste valeur. Par méconnaissance ou par méprise, beaucoup d’entre eux sont boudés par les jeunes. Et pourtant, alors que le chômage ne cesse de grimper en France, 90% des jeunes formés par les Compagnons du Devoir trouvent un emploi durable à la sortie de leurs études (Source Paris Dauphine).

Par ailleurs, au plan organisationnel, grâce à l’alternance et au Tour de France, les jeunes en formation chez les Compagnons du Devoir, parcourent les quatre coins de l’Hexagone et du monde, voyagent d’entreprise en entreprise et de ville en ville, pour un enrichissement professionnel et personnel incomparable. Ce qui permet à un grand nombre d’entre eux de devenir entrepreneurs.

Encadrés par des professionnels reconnus, les jeunes bénéficient d’un enseignement pointu, ancré dans les réalités et les attentes des entreprises. Résolument tournés vers l’avenir, les Compagnons du Devoir incarnent l’excellence des savoir-faire et du savoir-être où la transmission, l’innovation et le voyage sont les piliers de leur formation.

La présentation de cette " autre façon de penser et d'organiser la rencontre avec les savoirs produits dans et par l'activité de travail", sera l'occasion d'en connaitre par le détail, les spécificités et d'en tirer des enseignements, notamment en termes de "transférabilité" à d'autres modalités de formation en situation de travail.

Claude VILLEREAU, Délégué général de l’AFREF
Hugues LENOIR, FCU
Présentation de l’Association ouvrière des Compagnons du Devoir et du Tour de France par Jean Claude BELLANGER, Secrétaire Général des Compagnons du Devoir
Stratégie de Promotion-Recrutement chez les Compagnons du Devoir par Charles GUILHEM, Directeur du Service Promotion-Recrutement-Placement, Compagnons du Devoir
Stratégie de Placement et Relations entreprises, par José FONSECA, Délégué à l'international et à l’Outre-Mer, Compagnons du Devoir
Présentation de la démarche d’accompagnement des jeunes dans la formation et de la nouvelle forme d’apprentissage, par Florent TEYRAS, Directeur de la Formation chez les Compagnons du Devoir


Vidéo

Imprimer

Résumé / intervenants

A la suite du jeudi de l'AFREF du 18 mai 2017, consacré pour l'essentiel, à la question de l’éligibilité des apprentissages non formels et informels, la séance du 28 septembre sera focalisée sur les modalités de ces apprentissages réalisés dans le cadre d'activités professionnelles, civiques, syndicales ou associatives., notamment sur le repérage des processus d'acquisition des savoirs et sur les conditions d'une optimisation de leur production.

Au cours de cette matinée, les propos des experts et le débat avec le public permettront d'apporter des éclairages concrets sur ces deux points, sans perdre de vue, que reste posée la question essentielle des finalités de la reconnaissance des apprentissages par l'expérience. Selon la formule d'Hugues Lenoir, va-t-on vers "…une instrumentation de plus en plus reliée à des logiques de ressources humaines et de gestion des compétences individuelles ou collectives au détriment d'un processus de construction et de reconnaissance de soi." ?

Claude VILLEREAU, Délégué général de l’AFREF
Présentation du thème de la matinée par Hugues LENOIR, FCU
Les apprentissages professionnels informels par Philippe CARRE, Professeur des universités en sciences de l'éducation à l'Université de Paris Ouest Nanterre
Savoirs informels dans et par la militance syndicale par Vincent PIGACHE, Délégué régional CFDT, en charge des questions de formation
Synthèse et conclusion par Bernard LIETARD, Professeur émérite CNAM 

Vidéo

L'éducation informelle, connaissance et re-connaissance


Question à Vincent Pigache, délégué régional CFDT, en charge des questions de formation

Imprimer

Résumé / intervenants

Dans le code du travail, le mot « formation » n’occupe que peu de place, les textes évoquant davantage la notion d’employabilité. La loi du 5 mars 2014 a créé des outils individuels en faveur des salariés (conseil en évolution professionnelle, compte personnel de formation, entretien professionnel, etc) afin de les rendre davantage acteurs de la sécurisation de leurs parcours professionnels, la formation n’étant qu’un moyen, parmi d’autres, pour y parvenir.

Parallèlement, les plans de formation d’un certain nombre d’entreprises ont sensiblement muté, affichant une tendance baissière des dépenses jusqu’alors fiscalement imputables avec une augmentation corrélative des investissements dans des formations multimodales, outils digitaux et dispositifs collaboratifs visant à la « trans-formation » des pratiques et des organisations.

Les environnements numériques prédisposent à l’autodidaxie et aux pratiques résiliaires, tandis que l’offre de formation tend elle-même à se transformer (phénomène d’ubérisation, avènement des plateformes numériques, nouvelles formes d’intermédiation dans l’achat de formation, etc.).

Aujourd’hui et plus encore demain c’est le concept-même de « formation » qui se trouve remis en cause. Or, la question se pose de l’éligibilité des actions, tant au titre des fonds mutualisés qu’au regard de l’obligation d’employabilité incombant aux employeurs.
Et elle en soulève bien d’autres :

  • quelle traçabilité des formations de façon efficiente à l’heure du digital ? Quelles modalités d’évaluation des stagiaires ?
  • Comment garantir la qualité des formations ? Comment assurer la reconnaissance des acquis -y compris non formels et informels ?

Face à ces évolutions tant des pratiques que des cadres réglementaires, comment « former » et « se former » sans être « hors la loi » ? Quelles sont les points de vue des acteurs institutionnels et paritaires situés au coeur du système de la formation ?

Claude VILLEREAU, Délégué général de l’AFREF
René BAGORSKI, Président de l'AFREF
État des lieux des problématiques actuelles et à venir liées à la formation et à l'acquisition de compétences dans des environnements complexes par Patrick WAELES, vice-Président de l'AFREF
Focus sur le contentieux de l'employabilité, par Sabrina DOUGADOS, Avocat associé, Cabinet Fromont Briens

TABLE RONDE "Échanges et mise en perspectives" - Intervenants :

  • Stéphane REMY, Délégation générale à la formation professionnelle
  • Philippe DEBRUYNE, vice-Président du COPANEF
  • Christian LAJOUX, Président du COPANEF

Vidéo



 

Imprimer