Le formateur, une espèce en voie de disparition ?

Résumé / Intervenants

Ce titre peut paraitre excessif mais la rapidité des évolutions en cours rend évidente et urgente la nécessité de clarifier les nouvelles professionnalités proposées ou imposées aux métiers de la formation et aux professionnels qui les animent.

En quoi la digitalisation modifie-t-elle ces métiers ? Dans une floraison de nouveaux outils numériques à disposition d'une société de l’apprenance, comment le formateur digital, tour à tour architecte pédagogique, tuteur, facilitateur, modérateur... peut-il trouver ses marques ? De mutations obligées à une autoformation choisie, quelles sont alors les conditions nécessaires à la montée en compétences « technico-pédagogiques » qui sont attendues de lui ? Peut-on apprendre sans formateur ? Comment dans ce contexte, réinvestir la dimension humaine de la transmission et du partage ?

Ce Jeudi de l’Afref se consacrera d’abord à présenter une étude menée par la FFP sur les impacts de la digitalisation de la formation sur le secteur et ses métiers, pour se focaliser ensuite sur les pratiques professionnelles des formateurs, leurs compétences et leur propre formation.

Marie-Luce FILY-KEREVER, AFREF
L’évolution des métiers de la formation, par Nadine GAGNIER, PDG de Man'Agir Consultants et membre du bureau de la Fédération de la Formation Professionnelle.
Entre enjeux organisationnels et professionnels, quelles opportunités d'apprentissages pour les formateurs à l'ère du numérique ? par Anne-Valérie SANTIAGO-HOUSSEAU, doctorante au CNAM
Les compétences en ingénierie pédagogique numérique, par Dorothée CAVIGNAUX-BROS, doctorante et chargée de formation de formateurs à Paris Nanterre, ingénieure pédagogique en université d'entreprise.


Vidéo

Et aussi

Jeudi de l'Afref du 18 janvier 2018 - "Le formateur, une espèce en voie de disparition?" - Source : SYCFI (Syndicat des Consultants-Formateurs Indépendants)

ImprimerE-mail