Les métiers de la formation : évolutions & ambitions

Paris, le 3 avril 2014
Université Pierre et Marie Curie UPMC
Site les Cordeliers
AMPHI BLISKY PASQUIER - Rez-de-Jardin
15 rue de l'Ecole de Médecine - Paris 6ème - Métro : Odéon

Les métiers de la formation traversent aujourd’hui une période de changement lié à l’évolution des politiques de l’emploi qui se traduisent par l’adoption de la loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie mettant l’accent sur la sécurisation de l’emploi et la qualité de la formation.
Le Rumef, en tant que réseau national en veille sur les évolutions des pratiques professionnelles des acteurs de la formation qui élabora, dès 2006, un référentiel d’activités et des formations des métiers de la formation propose de mettre en perspective ces changements dans un cadre désormais européen pour lequel l’articulation des politiques publiques de l’orientation et de formation tout au long de la vie constitue un enjeu majeur.

Inscription obligatoire.

Accueil : 8h45

Evolution des métiers

9h15 – 10h

Métiers de la formation. Le regard du Rumef

Dominique Maréchal, Président du Rumef, Université de Picardie Jules Verne.

Le Rumef en tant que Réseau des universités préparant aux métiers de la formation interroge l’évolution des métiers de la formation et la reconnaissance de l’expertise de ses acteurs.

 

 

10h – 11h

 

Les métiers de la formation : nouvelles tendances. Nouvelles opportunités, nouveaux risques

Pierre Hébrard, maître de conférences, Lirdef, (Laboratoire interdisciplinaire de recherche en didactique éducation et formation), Université de Montpellier.

Quelles sont, actuellement,  les tendances  repérables dans l'évolution des métiers de la formation ? Comment sont elles influencées par les politiques publiques, les orientations européennes, la nouvelle loi sur la formation professionnelle et par le développement des technologies et des usages du numérique ? En quoi  présentent-elles à la fois des opportunités et de nouveaux risques ?

 

 

11h – 12h

Les métiers de la formation : perspectives européennes

Gilles Trichet, Vice-Président du SYCFI (Syndicat des Consultants Formateurs Indépendants) en charge des affaires internationales et de la professionnalisation), Paris.

Qu’y a-t-il dans les préconisations européennes (à partir des moments clés : Lisbonne - Copenhague – Bruges) concernant les métiers de la formation ? Que recouvrent les notions de « Teachers » et « Trainers » ? Quelle lecture peut-on avoir des métiers de la formation et notamment celui de formateurs ? Quelle compréhension de la place des « VET trainers » ? Quelles conséquences possibles sur les politiques de formation des formateurs en France ?

Place et fonction des référentiels

13h30 – 14h30

 

 

 

VAE dans les métiers de la formation : la question des usages des référentiels

Isabelle Houot, maître de conférences, Lisec (Laboratoire interdisciplinaire en sciences de l’éducation et de la communication), Université de Lorraine. 

On observe une multiplication de demandes de VAE par les professionnels de la formation cherchant à faire reconnaître et valoriser leurs compétences. Quels sont les usages des référentiels par ces professionnels du domaine ? Quelles en sont les pratiques réelles ?

14h30 – 15h30

 

Professionnalisation et professionnalité des métiers de la formation. La question des référentiels

 Maryvonne Sorel, maître de conférences, CRF (Centre de Recherche sur la Formation), CNAM – Paris.

Aborder  la référentialité  des métiers de la formation conduit à interroger les formes de professionnalisation et de professionnalité à l’œuvre et d’en identifier les axes d’enjeux socioprofessionnels.

15h30 – 16h30

Conclusion : Améliorer la reconnaissance des métiers de la formation : par des référentiels ?

Fabienne Maillard, professeur, Laboratoire Profeor-Cirel, Université de Lille 3.

Cette communication portera sur les opportunités que peut offrir la référentialisation des métiers de la formation, aujourd'hui encore faiblement reconnus sur le marché du travail. 

Si l'expansion de ces métiers apparaît garantie par le législateur et l'importance croissante accordée à la formation des individus, leur identification et leur valorisation sont encore loin d'être acquises.

La conception de référentiels et la codification des activités pourra-t-elle contribuer à faire évoluer cette situation ?

ImprimerE-mail